/Nouvelles/CONSEILLER DANS LA HAUTE FINANCE PUBLICITAIRE

CONSEILLER DANS LA HAUTE FINANCE PUBLICITAIRE

27 septembre 2018

BLOGUE – Jeudi 27 septembre 2018

C’est en mars 2018, que 30&1 a soufflé ses 4 bougies. Apparemment, le mois de mars est propice aux grandes réalisations. Coïncidence ou non : saviez-vous qu’à sensiblement la même date d’anniversaire il y a plusieurs années, soit le 12 mars 1989, nous assistions à la naissance du World Wide Web (le fameux www) ?

Depuis ce temps, nous sommes témoins de nombreux bouleversements dans le monde publicitaire et médiatique. Avec l’évolution fulgurante du Web, le rôle des professionnels en marketing numérique a dû se renouveler à maintes reprises. Lors de mes premières années à titre de publicitaire, il y a de cela 15 ans, je m’amusais à raconter que mon rôle de conseiller en marketing Web rappelait celui d’une agence de rencontre. Je cherche toujours le meilleur site Web pour accueillir la marque que je représente et séduire un grand lectorat.

Grâce à la technologie, la mesurabilité et l’hypersegmentation des audiences, le rôle des professionnels du marketing numérique s’est grandement transformé. Quand ma famille me demande ce que je fais dans la vie, je réponds candidement que je suis un conseiller dans la haute finance publicitaire !

Les artisans que nous étions se sont professionnalisés et outillés. Nos clients annonceurs sont devenus plus exigeants. Ils recherchent la performance, la rentabilité, l’atteinte de résultats. Malheureusement, cette quête du rendement s’exerce souvent au détriment du produit. À titre d’exemple, lorsque je rencontre mon conseiller financier, je cherche rarement à savoir dans quels fonds ce dernier a placé mon argent. Je lui parle de mes objectifs et de mes rendements. Certains placements dans mon portefeuille peuvent ne pas correspondre nécessairement à mes valeurs, mais le tout semble équilibré et profitable. J’évite de poser des questions qui pourraient me confronter dans mes valeurs profondes, au profit du rendement.

Aujourd’hui, le rôle du publicitaire numérique s’apparente beaucoup à celui du conseiller financier. Malheureusement, lorsque nous rencontrons nos clients, ces derniers cherchent rarement à connaître le détail des portefeuilles où nous avons placé leur argent. Et avec la venue de la technologie et l’accès aux plateformes d’enchères publicitaires mondiales, la publicité de nos annonceurs se retrouve parfois sur des sites ne correspondant pas nécessairement aux valeurs de la marque que nous représentons, mais le portefeuille client est équilibré et profitable. Nos clients sont généralement conscients de cela, mais évitent de poser des questions.

Je ne tiens pas à jeter un sombre regard sur la profession des conseillers en marketing numérique. Au contraire, la publicité Internet a créé d’immenses occasions d’accroître le rendement des marques de nos annonceurs. Qui plus est, avec la numérisation progressive des médias tels que la télévision, la radio et l’imprimé, nous aurons besoin de conseillers publicitaires plus que jamais.

Dans un avenir pas si lointain, nous commencerons à être exposés à des publicités 30 secondes à la télévision numérique, personnalisées en fonction des comportements de navigation Internet de la maisonnée. Lorsque des publicités de type Viagra seront diffusées pendant une émission télé dédiée à nos enfants, suite aux comportements de navigation de leurs parents, peut-être qu’à ce moment, les annonceurs commenceront à se poser des questions d’éthique sur certains de leurs placements et cesseront de privilégier le profit !

Yannick Manuri
Vice-président et Associé
Dialekta

Infolettre